L’entrepreneuriat démystifié

mai 28, 2018

Marie-Josée Tremblay est une enseignante comblée. Le CDEM est venu dans sa classe, il y a quelques semaines, dans le cadre du programme d’éducation économique Les Affaires A+. Son intervention a eu des retombées extraordinaires sur ses élèves.

Les élèves de l’école Lacerte ont organisé une vente de pâtisseries.

Enthousiasme, innovation, créativité, motivation… Marie-Josée Tremblay, enseignante en 3e année à l’école Lacerte, ne tarit pas de mots pour décrire l’état d’esprit de ses élèves de huit et neuf ans après l’intervention d’Éric Lamothe, agent d’éducation économique du CDEM. Ce dernier leur a en effet donné un atelier axé sur l’entrepreneuriat.

L’enseignante explique. « Il a parlé des emplois, du cercle de l’économie, et comment on fait pour avoir une mini-entreprise. Cela a aidé les élèves à comprendre plus concrètement ce qu’était l’économie. C’était tellement abstrait pour eux. Grâce au CDEM, on a démystifié tout ça. »

Les enfants ont pu appliquer certaines notions d'économie apprises pendant l’atelier.

Inspirés par leur expérience, les jeunes ont décidé d’organiser une vente de pâtisseries. L’enseignante raconte : « Tout le monde s’est impliqué. Les parents ont fait les pâtisseries chez eux et le lendemain, les élèves ont vendu tout ça à l’école. Pendant toute la journée, les différentes classes étaient conviées à passer. On avait mis toutes les pâtisseries à un dollar. Compter les 25 sous, ça a été un bon défi pour eux. »

En plus de manipuler de l’argent, les enfants ont pu appliquer certaines notions apprises pendant l’atelier. « Ils ont dû estimer combien de dollars ils avaient obtenus en profit. Ensuite, ils ont dû compter en groupe tout l’argent recueilli. »

Le bilan : 600 $ ont été récoltés. Les enfants en ont donné la moitié à un organisme de charité et avec l’autre moitié, ils ont décidé d’acheter des livres en français pour assouvir leur goût de la lecture.

Ce qui émerveille le plus l’enseignante, c’est que ses élèves soient ressortis de cet atelier avec autant d’idées et d’enthousiasme. Il y a donc fort à parier que cette activité soit à nouveau organisée à l’école l’année prochaine!

L'enthousiasme des élèves. 

« C’est un service du CDEM qui devrait être utilisé à tous les niveaux scolaires, estime l’enseignante. Plus tôt on commence, plus les jeunes vont être informés et réaliser l’importance de créer, d’avoir confiance pour peut-être devenir les entrepreneurs de demain. C’est un pas vers une conscientisation certaine. »

Marie-Josée Tremblay s’est d’ailleurs donné pour mission d’encourager désormais ses collègues d’autres écoles à prendre contact avec le CDEM pour accueillir à leur tour dans leurs classes un tel atelier d’éducation économique.

« En tant qu’enseignant, on n’est pas forcément outillé pour aborder les notions d’économie, d’entrepreneuriat. Au CDEM, ils sont précis, ils ont la bonne approche. Tous les enseignants devraient profiter de ce service-là, qui est gratuit et accessible, et peut même être fait sur mesure! », conclut-elle.

Les Affaires A+