La visite exploratoire : une étape essentielle pour une immigration réussie

novembre 03, 2017

ENTRETIEN AVEC HAMOU SI HADJ MOHAND

(arrivé au Manitoba le 4 juillet 2017)

Hamou et sa femme sont tous deux originaires d'Algérie

 

Pourquoi avez-vous choisi d’immigrer ici?

C’est une décision qu’on a prise moi et ma femme pour chercher un bon avenir. Ça nous a plu le Canada.

Et vous avez donc choisi le Manitoba. Pourquoi?

On a fait une visite exploratoire il y a une année de ça, on a fait une rencontre avec des employeurs potentiels, on a vu des potentialités et des occasions ici au Manitoba qui s’offrent aux nouveaux arrivants francophones.

Quel a été l’impact de cette visite-là pour vous?

Pour la visite exploratoire, ça nous a permis de nous familiariser avec la province. On voulait des contacts avec des employeurs en rapport avec ma formation d’ingénieur agronome, et aussi mon expérience de brasseur dans mon pays d’origine. Je voulais savoir si je pourrais exporter mes connaissances, mon savoir-faire ici au Manitoba. L’objectif premier était de me trouver un travail, puis de trouver une bonne université pour ma femme, car elle était aux études en génie civil, et elle souhaitait faire ici ses études.

Qu’avez-vous fait lors de votre première visite?

On a fait beaucoup de rencontres avec des employeurs potentiels et aussi avec des organismes d’aide pour les nouveaux arrivants qui nous ont aidés vraiment pour notre établissement, soit par rapport aux inscriptions à l’université, que par rapport à tout ce qui est paperasse pour les nouveaux arrivants.

Et cela a été bénéfique?

Ça m’a permis de rencontrer certains employeurs potentiels dans le domaine des brasseries, domaine de la fabrication des boissons alcoolisées. Alors après mon arrivée, en moins d’un mois, j’ai pu décrocher un job chez un grand brasseur ici au Manitoba, qui est Half Pint, brasserie à St-James. Là, je m’occupe du brassage, je m’occupe aussi de la fabrication de bière.

Qu’est-ce qui a retenu votre attention lors de votre visite?

L’un des trucs les plus importants c’est les connaissances de langue. Parce qu’ici, même si on dit que c’est une province bilingue, je pourrais dire qu’à 99 % c’est une province anglophone. Si on n’a pas de connaissances en anglais, on ne peut pas travailler. C’est difficile, c’est difficile d’accéder aux emplois et c’est difficile d’accéder aux études.

Alors pourquoi un francophone comme vous avez choisi cette province?

On a quand même choisi de venir ici parce qu’au Manitoba, il y a un quelque chose qui fait la différence. Comme on dit : c’est Friendly Manitoba, donc les Manitobains ont fait la différence. Car même si on a eu des difficultés, nous avons trouvé beaucoup d’aide auprès des institutions qui aident aux nouveaux arrivants, qui permettent leur établissement. Aussi, il y a un immense travail communautaire qui se fait, notamment sur les réseaux sociaux et des forums.

Le CDEM dans tout ça?

C’est l’un des organismes que j’ai pu visiter durant ma visite exploratoire, rencontrer monsieur Mohamed Doumbia qui nous a présentés toute la province. Il nous a présentés au RDEE Canada et son programme Pré-Départ pour les nouveaux arrivants. On a même fait des entretiens avec lui avant de venir.

Quel bilan tirez-vous de votre visite?

Avant de venir ici, on voyait le processus lent. On se disait que ce n’est pas important de faire une visite exploratoire. C’est encore une étape du processus qui va encore prendre du temps, aller sur place, et visiter. C’était une étape obligatoire. Nous, on la voyait comme une étape de plus qui va étaler plus notre processus d’immigration. Mais finalement on s’est rendu compte que c’était très important afin de découvrir le mode de vie manitobain, pour facilement s’intégrer, découvrir les gens, les institutions, afin d’avoir cette familiarisation. Notre intégration a été facilitée grâce à cela parce qu’on a pu garder des contacts.