Nuage Vintage

février 08, 2019

Une nouvelle vie pour les vêtements 

Natasha Rey de Nuage Vintage 

Passionnée de mode et de friperies, Natasha Rey se lance en entrepreneuriat avec sa nouvelle boutique en ligne de vêtements de seconde main : Nuage Vintage.

Depuis son jeune âge, la Franco-Manitobaine de 21 ans Natasha Rey adore se promener dans les magasins de vêtements de seconde main pour dénicher les perles rares. « Je vais à la friperie au moins une à deux fois par semaine, confie-t-elle. C’est une passion. »

Mais ça devenait aussi, parfois, une frustration car « j’y trouvais des morceaux vraiment chouettes et j’avais très envie de les acheter, mais ils n’étaient pas de ma taille ou de ma couleur, mon style. Et je n’avais personne à qui les redonner donc je devais les laisser là ».

C’est alors que l’idée lui vient de se lancer en affaires. Elle décide de créer une boutique de vêtements en ligne où elle revend les pièces vintage qu’elle aura dénichées lors de ses visites aux friperies.

Cette boutique rêvée, c’est Nuage Vintage. Son lancement officiel aura lieu samedi 9 février au Forth Café (1), suivi de sa mise en ligne au www.nuagevintage.com.

« J’ai travaillé depuis mi-juillet à mettre sur pied Nuage Vintage, raconte la propriétaire de la boutique en ligne. J’ai un certificat en marketing et communication créative du Collège Red River, ce qui était un avantage pour savoir à quoi m’attendre au long de ce processus de création d’entreprise. Mais c’est surtout Joël Martine, du CDEM, qui m’a beaucoup aidée dans toutes mes démarches.

« Joël Martine était mon enseignant d’entrepreneuriat au Collège Louis-Riel, précise-t-elle. C’est son cours qui m’avait donné le goût d’ouvrir une business. Alors quand j’ai eu cette idée, je l’ai tout de suite contacté pour savoir comment le CDEM pouvait m’aider et il s’est rendu disponible. Il est devenu mon conseiller en affaires. »

Au-delà de la passion pour les vêtements, Natasha Rey espère aussi par sa boutique réduire la surconsommation de ses concitoyens, et ainsi contribuer à protéger l’environnement.

Elle explique : « J’ai appris que les Canadiens achètent en moyenne 70 nouvelles pièces de vêtements chaque année, et donc ils en laissent énormément dans les friperies. Or seulement 13 % des articles en friperie se font acheter. Ainsi, plus de 12 millions de tonnes de textile sont déversées dans les dépotoirs d’Amérique du Nord puis brûlées, ce qui pollue l’air et l’eau de produits chimiques.

« Je souhaite limiter cela en redonnant une nouvelle vie à des vêtements qui ont déjà servi mais qui sont encore en bon état, et en encourageant les gens à les acquérir plutôt que d’acheter toujours neuf. »

Pour le moment, Nuage Vintage offre surtout des vêtements de femme, mais sa collection homme se bâtit petit à petit. « Je suis très attirée par la mode des années 1950 ou des années 1970 donc j’ai beaucoup d’articles de ces deux styles-là, dévoile l’entrepreneure en herbe. Les vêtements de ces époques étaient de très bonne qualité. Je m’inspire aussi beaucoup de la mode française quand je parcours les friperies. J’ai passé un an en France, en Normandie, en 2016-2017. »

Dans l’avenir, Natasha Rey pourrait également offrir un service de recherche de vêtements spécifiques pour ses clients et clientes. « Je vais voir avec le temps quels styles sont en demande ». Elle pense aussi monter quelques magasins pop up au cours de l’année pour y vendre ses vêtements directement plutôt que seulement en ligne.

(1) Le 9 février de 20 h à 22 h au Forth Café, 171 avenue McDermott.

Découvrez la boutique Nuage Vintage en ligne :

www.nuagevintage.com

Pour plus d’information, contactez Natasha Rey au 204 981-7837

nuagevintageshop@gmail.com