On ne nait pas entrepreneur, on le devient

juin 01, 2016

Tiré de La Liberté du 1er au 7 juin 2016

Le CDEM propose un programme de mentorat

On ne nait pas entrepreneur, on le devient

Le Conseil du développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM) offre des services de soutien aux entreprises depuis 1996. Maintenant, pour la première fois, le CDEM offre un service d’aide aux entrepreneurs. Et pour une excellente raison.

Gavin BOUTROY

presse3@la-liberte.mb.ca

Quand le gouvernement fédéral a annoncé sa volonté d’orienter ses efforts en matière Désormais le CDEM offre un service de mentorat aux entrepreneurs. Ce programme vise au développement personnel des entrepreneurs, plutôt qu’au développement de leurs entreprises.

Pour Michel Auger, le président exécutif du Conseil régional de mentorat de Montréal et un chef mentor au Réseau M, la logique du mentorat est claire : « On dit que, de la fondation d’une entreprise à ses cinq ans, le fait d’avoir un mentor qui accompagne un entrepreneur va tripler ses chances de réussite. »

De gauche à droite, Christian Fais, Michel Auger et Louis Allain. L’invité du Réseau M, Michel Auger, constate que : « En marketing, quand quelqu’un achète quelque chose, il y a une dissonance cognitive qui arrive après l’achat. On se demande tous : Est-ce que j’aurais dû l’acheter, est-ce que j’aurais dû magasiner plus…  Quand tu te lances en affaires, il se passe la même chose. Trois mois, six mois après, tu te demandes si tu as fait la bonne décision. C’est là que le mentor va vraiment t’aider à débroussailler la dissonance dans ton cerveau. »

 

Louis Allain, le directeur général du CDEM, précise l’enjeu : « La norme dans le marché au Canada est qu’environ 50 % des nouvelles entreprises ne dépassent pas les cinq ans. 

« Au Manitoba dans les cinq dernières années, on a vu une augmentation importante de ceux qui démarrent leurs propres entreprises. Ce sont surtout des nouveaux arrivants, qui misent dans bien des cas sur le démarrage d’une nouvelle entreprise pour assurer leur avenir financier. »

Une vingtaine de paires de mentors et de mentorés ont été recrutées depuis le début avril. Suite à une formation pour les mentors, les 11 et 12 mai, le pairage de mentors et de mentorés doit bientôt commencer. D’ici novembre 2016, le programme développé en partenariat avec le Réseau M (voir l’encadré) devrait battre son plein.

Les mentors sont des entrepreneurs, actifs ou à la retraite, avec une longue expérience. Les mentorés sont des entrepreneurs actifs en situation de démarrage d’entreprise ou de croissance. Une ou deux fois par mois, ils vont se rencontrer pour une à deux heures.

Michel Auger a animé les ateliers de la mi-mai. Il souligne que la dimension psychologique de l’entrepreneur a un effet concret sur l’entreprise : « Si on aide l’entrepreneur à être bien confortable, comme être humain, à la tête d’une entreprise, c’est sûr qu’on va avoir un impact positif sur l’entreprise aussi. 

« On dit que c’est du mentorat pour entrepreneurs par des entrepreneurs. Tout est basé sur le partage d’expériences et non pas sur le partage d’expertise. Les mentors vont travailler le savoir-être de l’entrepreneur. Ils vont se concentrer sur l’humain qui gère l’entreprise, et non pas sur l’entreprise même. 

«  Cela veut dire : comment bien gérer tout le côté humain d’être un entrepreneur, que ce soit la conciliation travail-famille ou réussir un équilibre entre ses loisirs et ses temps d’affaires. »

Le directeur général du CDEM résume : « Pour paraphraser Simone de Beauvoir : On ne nait pas entrepreneur, on le devient ».

Christian Fais, un agent de liaison – développement écono­mique communautaire au CDEM, est responsable du dossier du mentorat. « Je dis aux entrepreneurs que j’appelle : Vous avez tout à gagner et rien à perdre. C’est un service non payant et vous avez en face de vous une personne qui a vécu tout ce que vous avez vécu. »

Il ajoute que le CDEM est en recrutement permanent de mentors et de mentorés, incitant toute personne intéressée à rejoindre le CDEM.