Une immigration réussie

Des conseils pratiques pour une immigration réussie

Diplômé en commerce et ancien cadre d’entreprise, le Français d’origine Emmanuel Perez est aujourd’hui enseignant de français. Une réorientation dont il n’a aucun regrets, d’ailleurs il conseille aux nouveaux arrivants de toujours garder l’esprit ouvert sur toutes les opportunités professionnelles qui peuvent se présenter, quelles qu’elles soient.

Emmanuel Perez est arrivé pour la première fois à Winnipeg en 2008 lors d’une visite exploratoire. Originaire de la Côte d’Azur en France, il a découvert le Manitoba grâce au programme Destination Canada et a tout de suite voulu organiser sa propre visite exploratoire pour découvrir le milieu par lui-même.

« Je suis resté deux mois au Manitoba en 2008. J’en ai profité pour acquérir de l’expérience canadienne en effectuant autant de bénévolat que possible, dans plusieurs institutions francophones différentes. »

Emmanuel Perez est au Manitoba depuis 2009

Ses nombreuses actions bénévoles lui donnent goût à la ville. C’est pourquoi, un an plus tard, il choisit de quitter son poste de chargé d’affaires environnementales dans une grande entreprise en France pour recommencer sa vie à Winnipeg.

Un choix facile pour lui : « J’ai arrêté mon travail parce que je voulais changer d’environnement. J’ai d’abord demandé à être mis en mobilité régionale en France, mais ce qui n’a pas été possible. Alors j’ai décidé de quitter le pays. »

Emmanuel Perez revient au Manitoba en 2009 avec son statut de résident permanent. Ce statut lui permet d’entrer directement dans le circuit professionnel. « Le bénévolat m’a permis d’avoir de l’expérience au Manitoba, mais aussi de créer des contacts.

« Ça m’a permis de trouver un travail à temps plein dès mon arrivée, à la radio communautaire Envol 91 FM. Plus tard, il y a eu une ouverture à l’Université de Saint-Boniface et je suis parti là-bas comme enseignant de français. J’ai ensuite suivi une formation pour en faire officiellement mon métier. »

Si Winnipeg n’a pas particulièrement impressionné Emmanuel Perez sur le plan géographique, ce sont les Winnipégois qui l’ont retenu. Surtout le milieu francophone, où il a vite fait ses marques.

« Je m’étais donné un an pour observer comment se passait mon intégration. Je me disais : Si je n’aime pas, j’irai dans une autre province. La Colombie- Britanique m’attirait aussi, par exemple. Mais finalement, j’ai aimé le Manitoba et ça fait dix ans que je suis ici! »

On ne doit pas avoir peur de se réinventer

Qu’apprécie-t-il autant du Manitoba, qui l’a fait choisir cette province depuis une décennie? « C’est la façon dont les gens vivent. C’est la place qu’occupe la francophonie. C’est la communauté que j’ai choisie, et qui m’a permis de réaliser tellement de choses, comme la création d’un club de soccer, ou encore des ateliers de cuisine en français. Le Manitoba est un endroit plein d’opportunités où on peut reinventer sa vie.»

Ne pas avoir peur de se réinventer, c’est d’ailleurs le conseil qu’Emmanuel Perez donne aux nouveaux arrivants : « Certaines personnes veulent absolument rester dans la même profession que celle qu’ils exerçaient dans leur pays d’origine. Il n’y a rien de mal avec ça, mais c’est bon aussi de se permettre de rêver, d’essayer d’autres filières où il y a plus d’ouvertures.

« Et il ne faut pas que hésiter à commencer par des « petits » boulots, comme Tim Hortons ou McDonald’s par exemple. C’est une bonne expérience et un bon moyen d’améliorer son anglais tout en étant payé. Et petit à petit, on se fraye son propre chemin. »